• Accueil
  • > Recherche : procédé georges petit

Résultats de votre recherche

Yves Humbert (1948 – 1996) – Invitation/affiche galerie photo Jesus Moreno

Posté par pearoid le 30 mai 2019

affichette 1979 format 42x30 pliage en quatre pour  envoi postal  détail verso Humbert  Belle affiche de la Galerie photo Jesus Moreno à Genève pour une exposition d’Yves Humbert en 1979. L’affiche pliée en quatre servait d’envoi postal pour l’invitation. Magnifique photographe !

Yves Humbert un peintre qui se dit photographe 

Yves Humbert nous a quitté il y a 20 ans, le 14 octobre 1996. Il est né le 24 juillet 1948 à Genève d’un père Vaudois et d’une mère Bernoise. Il passe son enfance au pied du Jura avant de suivre l’école primaire à Nyon où sa famille vient de s’installer, avant d’étudier l’électronique à l’Ecole des arts et métiers de Genève. Dès les années 1960, il s’amuse avec un Brownie Kodak, puis avec son premier salaire, il s’achète un Pentax pour ses 20 ans. Dès l’année suivante, il commence des recherches sur les virages, les procédés anciens pour son thème sur l’eau. Fasciné par les travaux de laboratoire, ses photographies vont rejoindre le dessin, la peinture, l’abstraction pour nous donner à voir une sensation, une piste de sa vision, un instant de couleur. L’image pour lui n’est qu’une réflexion d’une réalité inexistante, elle provoque une évasion fantastique, un désespoir, une angoisse, des visions de phénomènes impalpables, un instant de plaisir où la nuance déclenche le rêve. Parallèlement, il travaille comme photographe de presse et collabore avec des éditeurs et les presses locales, il est un témoin incontournable de sa région, le Léman, les pêcheurs, la Confrérie des Pirates de Rive, la nuit et la musique au Jazz Nyon, les premières années du Paléo Folk Festival, le Théâtre amateur de Prangins… il réalise des reportages comme les Gitans aux Saintes-Marie-de-laMer, Venise, le Léman, les fêtes, le jazz et ses musiciens à New York… En 1969, il s’intéresse au mouvement, ses modèles sont les cygnes du Léman. Il va tirer, laver, blanchir, une sorte de destruction de l’image pour la faire réapparaître autre, opérations subtiles essentielles dans son oeuvre où il va devenir maître. Ses tirages sont dans un format petit, il dit: « Cela oblige les gens à s’en approcher et à s’y attarder ». En 1971-72 il travaille à une série sur les matières. En 1974, il est l’un des co-fondateurs de l’association Public, il reçoit le 1er prix de la Ville d’Yvoire sur le thème du Léman, en 1976 et 1977 il reçoit la Bourse fédérale des Arts appliqués, en 1978 le prix spécial au concours UBS à Berne et une distinction l’année suivante, il est sélectionné en 1985 à la Bourse fédérale des beaux-arts, invité par Kodak à la Triennale de la photographie à Fribourg. De 1977 à 1989, il expose dans sa propre galerie des artistes peintres, céramistes et photographes comme Dany Gignoux, René Groebli, Max Vaterlaus et bien d’autres. En 1989, il continue d’arpenter, d’observer, de contempler la lumière, refusant ce qu’il appelle « de la belle image » en s’engageant sur la voie de l’astraction afin de suspendre le quelque chose qui se cache derrière l’image. En 1993, il écrit « C’est le mouvement de rêve perdu, suspendu par l’osseine, gélatine teintée de noirs sels d’argent limpides et transparents, qui fait renaître la pensée d’un instant, l’âme de celui qui la regarde, ces yeux qui ne servent à rien d’autre… C’est ça la photographie, un tombeau pour les imbéciles qui croient que tout est beau et facile… ».

Georges Allenbach compagnon d’école d’Yves et sa femme Marlyse, sont les sauveurs de l’oeuvre du photographe qui était condamné à la benne, l’artiste ayant quelques dettes auprès de l’administration fiscale… Nous les remercions chaleureusement pour leur travail de sauvegarde des mondes d’Yves Humbert et pour leur généreuse donation à la Fondation.

Publié dans illustration | Pas de Commentaires »

Rosa Bonheur (1822 – 1899) – Héliogravure procédé Georges Petit

Posté par pearoid le 13 mars 2019

gravure procédé Petit format 11x16 sur 33x44  détail annotations  Belle impression de cette héliogravure (procédé Georges Petit) de Rosa Bonheur.

Nous avons déjà eu l’occasion de présenter Georges Petit sur ce blog (voir lien).

Publié dans illustration | Pas de Commentaires »

Barday / Georges Dayez (1907-1991) – Techniques d’impression à l’ancienne / procédé lithographique – Artiste coté Akoun

Posté par pearoid le 15 août 2018

Beauvais la cathédrale format 12x18 hors texte Beauvais la maison des trois piliers et l'hotel de ville format 12x18 hors texte Beauvais la place jeanne hachette format 12x18 hors texte Beauvais l'égliste St Etienne format 12x18 hors texte Belles impressions et vues de Beauvais signées Barday. En réalité les éditeurs Barré-Dayez trés réputés pour leurs cartes. Barday est la contraction de BARré et DAYez, pseudo créé par le fils de Jules Dayez, Georges Dayez pour illustré de nombreuses architectures, monuments et sites touristiques en France et à l’étranger.

Voir les autres oeuvres sur ce blog

Barré-Dayez (BD) (réunion des noms de M. Barré et J. Dayez) était une maison d’édition spécialisée depuis 1925 dans l’édition de cartes postales fabriquées selon le procédé ancien de la lithographie couleur.

Les dessins étaient effectués directement par l’artiste sur les pierres litho servant à l’impression. Une pierre était utilisée pour chaque couleur, leur nombre total pouvant aller jusqu’à quinze. Ce procédé onéreux n’est plus de mise de nos jours pour des éditions aussi populaires que la carte postale. Il est surtout réservé aux tirages limités d’estampes d’artistes renommés. La finition de certaines des cartes « BD » était effectuée au pochoir, voire par projection manuelle à la brosse. Chaque carte est donc une petite œuvre d’art.

Publié dans illustration | 4 Commentaires »

Georges Petit – Procédé d’héliogravure

Posté par pearoid le 3 mars 2018

Le Chien - format 11.5 x14.5 sur 22 x 31.5  le rendez-vous - format 11x13.5 sur 22 x 31.5 deux belles impressions en héliogravure (procédé Georges Petit). Georges Petit fût également galeriste. (voir également une vieille édition de la galerie Georges Petit sur ce blog)

Le chien d’après Le Sidaner et le Rendez-vous d’après August von Pettenkoffen (1822-1889).

 

Publié dans illustration | Pas de Commentaires »

Galerie Georges Petit – Catalogue vente du 03 Décembre 1904 (Héliogravures procédé Georges Petit)

Posté par pearoid le 5 décembre 2017

carte Succession de Mme Ridgway. _DSC7136 _DSC7138 dont 4 remarquables peintures de Fr. Boucher et, comme il est dit: « de l’ancienne collection de la Marquise de Pompadour », vente de la Galerie Georges Petit en 1904.

4 - François Boucher (1703 - 1770) Les Charmes du printemps 5 -  François Boucher (1703 - 1770) Les Plaisirs de l'été 6 - François Boucher (1703 - 1770) Les Délices de l'automne 7 - François Boucher (1703 - 1770) Les Amusements de l'hiver

27 - Hubert Robert (1733 - 1808) Les Monuments de Rome 28 - Hubert Robert (1733 - 1808) Les Monuments de Paris 29 30 - Hubert Robert (1733 - 1808) L'Accident et l'Abreuvoir   Robert Hubert

 

Publié dans illustration | Pas de Commentaires »

 

decorativeeffecttouch |
bonnielewisart |
paulinebeugniot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "l'Ô colorée"
| L'ATELIER DE CREATION
| La nurserie de Néonat