John Durdilly (1930 – 2014) – Peintre des montagnes

Posté par pearoid le 29 août 2018

sur carton toilé format 38x55 daté signé  détail dos Comme il est dit dans les retours des circuits touristiques, john Durdilly, un anglais, ancien gardien du refuge des Evettes. Il semble qu’il existe, d’ailleurs, un sentier à son nom pour redescendre de l’Ecot; « le sentier à John ».

Pas d’autres informations ni de bio pour cet artiste peintre membre de la société des peintres de montagne, si ce n’est une photo datant des années 70 de John Durdilly en train de peindre archive des années 70 - john Durdilly .

Article de Mars 2015 retrouvé sur internet « la malle du grenier » au sujet de John Durdilly -    « Lors d’une randonnée préparatoire à une sortie de groupe, j’étais monté au refuge du Fond d’Aussois, dépourvu de téléphone à cette époque héroïque, en compagnie de Catherine pour réserver les places et repas. Le gardien en était John Durdilly, un personnage! Il réalisait des clichés de son refuge et les vendait en guise de cartes postales et j’avais eu le droit à sa signature. John a quitté ses montagnes de Tarentaise pour d’autres sommets, en novembre dernier, à l’âge de 84 ans. »  Publié par Burnet-Fauchez

Recherche en cours pour retrouver  le titre de l’oeuvre inscrite au dos (illisible sauf peut-être pour ceux du coin).

2 Réponses à “John Durdilly (1930 – 2014) – Peintre des montagnes”

  1. pearoid dit :

    Bonjour et merci de votre remarque. Je pense aussi, qu’effectivement il s’agit bien de John (Jean) Durdilly.

  2. DUMAS Dominique dit :

    Bonjour,
    Je viens de publier un « dictionnaire des Salons à Lyon et dans le Rhône 1946-1980″ dans lequel figure Jean Durdilly, né à Lyon en 1930 et décédé en 2014 à Bourg-ST-Maurice. Il est alors domicilié à Villefranche/Saône et expose des tableaux entre 1947 et 1969 au Salon du GAB (groupement des artistes du Beaujolais), et expose à nouveau à partir de 1977, alors domicilié en Savoie ou Haute-Savoie, toujours sous le nom de Jean Durdilly.
    Je pense qu’il s’agit bien de John Durdilly.
    Très cordialement, Mme Dominique Dumas

Laisser un commentaire