Antonio Rivera (1932 – ) Lithographie

Posté par pearoid le 16 juin 2018

lithographie format 53x37.3 sur 76x53.5  détail numérotation  signature Belle lithographie d’Antonio Rivera. Malgré les nombreuses ventes en galerie ou aux enchères, on sait finalement peu de choses sur cet artiste espagnol.

Antonio Rivera est né dans un petit village dans la province de Barcelone. Il quitte l’école à un jeune âge pour étudier avec son père, un artiste et designer. À l’âge de 23 ans, à Barcelone, Rivera fait sa première exposition, qui a été bien accueilli par la critique. Depuis, il a eu de nombreuses expositions en Espagne, en Suède et aux États-Unis. Un lithographe émérite, il crée des paysages impressionnistes qui ont une qualité surréaliste. Il combine les souvenirs d’enfance de la Catalogne avec ses impressions sensibles de la campagne Française.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Pascal Etchenic (1948 – ) Lithographie – Artiste coté Akoun

Posté par pearoid le 16 juin 2018

litho format 50 x 64.5 titre Champs de lavande  détail signature  détail timbre à sec Mourlot et numérotation  Belle lithographie de Pascal Etchenic éditée par Mourlot. Artiste bien référencé sur internet.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Paul Guiramand (1926 – 2007 ) Lithographie – Artiste coté Akoun

Posté par pearoid le 16 juin 2018

lithographie  - format 51x42 sur 66.5x52  détail numérotation  détail signature  Belle lithographie de Paul Guiramand.

Paul Guiramand (1926-2007) est né à Saint-Quentin dans l’Aisne où son père exerçait la profession de conducteur de travaux. La famille arrive à Paris au début des années trente et, en 1943, Paul Guiramand s’inscrit à l’École nationale supérieure des Beaux-arts. Il sera en particulier l’un des élèves du peintre Maurice Brianchon (1899-1979). Outre celle de son professeur, l’influence de Picasso et de Matisse le conduit à une peinture figurative libérée des contraintes du réalisme.

A la fin des années quarante, Guiramand voyage en Espagne et en Italie où il découvre les œuvres de Masaccio et de Piero della Francesca qui seront pour lui une source d’inspiration. En 1952, il obtient le prix de Rome et réside à la Villa Médicis de 1953 à 1956.

Outre la peinture, Paul Guiramand s’est intéressé à toutes les techniques, en particulier la gravure et la lithographie à l’atelier du maître-imprimeur Fernand Mourlot (1895-1988) dans lequel Picasso, Matisse, Chagall, Braque ont également travaillé. La décoration théâtrale l’a également intéressé. En 1960, il illustre les œuvres d’Apollinaire et Hemingway. Il réalise également des mosaïques, en particulier à l’Université de Grenoble.

A partir de 1953, Guiramand commence à exposer ses œuvres. De nombreuses expositions l’accueilleront, jusqu’aux années 2000, en Europe, aux États-Unis, au Mexique et à plusieurs reprises au Japon.

Comme celle d’André Brasilier, la peinture de Paul Guiramand peut sembler figurative au premier abord. Mais elle est surtout poétique. Le réel est évocateur, il est utilisé pour traduire et produire une émotion. Des couleurs vives, contrastantes illustrent des moments de plaisir, des beaux jours, des instants de grâce, des souvenirs d’enfance, de longues journées d’été ; bref, des sujets qui incitent à la rêverie.

 

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Zlatku Oliver (1952 – )

Posté par pearoid le 16 juin 2018

Né en 1952 à Skopje (Macédoine) sa passion pour l’art est présente depuis l’enfance. A l’âge de 13 ans, il possède déjà un bon coup de crayon et gagne son premier prix et étudie aux Beaux Arts de sa ville natale, pendant 7 ans. En 1982 il s’installe à Saint-Raphaël dans le sud de la France et participe à de nombreuses expositions, notamment en Angleterre, Etats-Unis et Japon. Depuis plusieurs années, il aime fixer la beauté des paysages de Provence qu’il apprécie et sait si bien reproduire, du littoral à l’arrière pays, en améliorant sans cesse la technique de ses aquarelles.
C’est un plasticien reconnu pour représenter les merveilleux paysages de Provence et les ports méditerranéens.
Habile et talentueux créateur, Oliver ZLATKU innove avec sa technique d’aquarelle qui consiste à la réaliser sur toile. Ses réalisations, souvent primées, sont très appréciées des amateurs d’art, et son support toilé  suscite beaucoup d’admiration de la part  des amateurs d’aquarelles.
Dans son écrin pictural, tout se mélange et se relie, donnant ainsi une harmonie totale à l’ensemble.
Son coup de stylo, ses couleurs magnifiques, tout exprime l’énergie et la spontanéité de l’artiste.

sur papier Lanaquarelle 40x60 sur 56x76  détail signature  timbre à sec Lanaquarelle 1590 satin Hot Pressed  Belle épreuve de Zlaktu Oliver sur un papier Lanaquarelle satin.

20x30 sur  56x38 - Filigranne  CM Fabriano coton  20x30 sur 56x38 - Filigranne  CM Fabriano coton  20x30 sur 56x38 - Filigranne CM Fabriano coton planches de deux  sur papier filigranné CM Fabriano 100% coton.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

JM Mathieux-Marie (1947 – ) Affiche signée au crayon

Posté par pearoid le 16 juin 2018

papier format 64x45 imp par Drapeau Graphic   détail signature  belle affiche de 2001 sur papier signée en original par Jean Michel  Mathieux-Marie et éditée par Drapeau Graphic.

Jean-Michel Mathieux-Marie naît à Paris en 1947.

La nature a constitué pour le regard de Jean-Michel Mathieux-Marie un sujet de prédilection. Il passe son enfance dans une grande maison ancienne côtoyant une ferme et pourvu un vaste jardin où il peut à loisir scruter la vie infinitésimale qui s’y tapit.  Il aimera aussi contempler le balai des nuages ou des mares que délivre la mer quand elle se retire lors des vacances au bord de la mer en Normandie dont les bocages le marqueront durablement. En 1958, il entre au lycée Condorcet à Paris où il effectue toute sa scolarité ; il découvre en classe de sixième le dessin à la plume que lui enseigne son professeur de dessin, Monsieur Papadacci. En 1965, il entre à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, section Architecture. Il est diplômé en 1972. C’est cependant en 1977 qu’il est initié à l’art de la gravure à l’atelier Jean Delpech aux cours du soir de la ville de Paris à Montparnasse. L’année suivante il reçoit le deuxième prix de dessin d’art des Cours du soir de la ville de Paris. Décide alors de se consacrer à la gravure à la pointe-sèche. En 1978, il remporte le deuxième prix général de dessin d’art des cours du soir de la ville de Paris et en 1979 il obtient sa première exposition à la Galerie Bernier1. Comme ses camarades Doaré, Lodeho et Trignac, il est lui aussi pensionnaire à la Casa Velazquez de Madrid en 1983 où il réalise l’essentiel des gravures pour l’ouvrage de bibliophilie Canéphore de cauchemar, textes de Federico Garcia Lorca. L’année suivante il remporte le Prix Paul-Louis Weiller de l’Académie des Beaux-Arts ainsi que le Prix de la Ville de Bayeux; il expose à la libraire Kiefer à Paris et illustre somptueusement la nouvelle La Route de Julien Gracq2. En 1986 a lieu la seconde exposition de l’artiste à la Galerie Bernier ainsi qu’une autre personnelle à la Fondation Taylor. En 1989 c’est l’Académie des Beaux-Arts de Madrid qui lui organise une exposition ainsi que la Galerie Michèle Broutta. Deux autres expositions ont lieu l’année suivante, l’une à Bruxelles (Galerie L’Angle Aigu), l’autre à Nantes (Galerie Vermeer). Suivent en 1991 l’exposition à la Galerie Actuaryus (Strasbourg) et à la Galerie Étienne de Causans (Paris). En 1992 Galerie Michèle Broutta organise sur ses murs la seconde exposition de l’artiste. Suit une exposition à l’Hôtel de Ville de Port en Bessin (Calvados).

L’année suivante c’est la Galerie Bréheret de St. Germain-des-Prés qui l’expose ainsi que le Musée Baron Gérard, de Bayeux dans le Calvados. En 1994 il remporte le grand prix du salon des artistes français et les expositions s’enchaînent.3 C’est à cette époque qu’il entame la série U.R.B.S. un cycle encore inachevé de grandes planches de perspectives d’architectures fantastiques. L’artiste effectue de brefs voyages à Venise en 1996 et 1998 et grave de ce cadre architectural fantasmagorique sept vedute à la pointe sèche, qu’il exécute parfois sur le motif grâce à l’emploi du plexiglas. En 2001, il vient pour la première fois à Rome afin d’y admirer l’art pictural de la Renaissance italienne. Il fut en fait bien plus captivé par les vestiges de l’architecture romaine antique. Il en sortira une abondante série de dessins et pointes sèches en pensant sans doute à Piranèse. Il remporte aussi en 2005 le Prix Kiyoshi Hasegawa, en 2007 le Grand prix Léon-Georges Baudry de la Fondation Taylor, et en 2008 le Prix Michel Ciry. Il a participé à de nombreux salons de gravures en France comme à l’étranger.

Ses gravures et ses livres illustrés se trouvent dans les collections publiques de la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque nationale d’Espagne, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris; Académie des Beaux-Arts de Madrid; Musée Baron Gérard et Bibliothèque municipale de Bayeux ainsi qu’au Musée de San Francisco, USA. Il est membre de la Société des peintres graveurs français et de l’association Pointe et burin.

Jean-Michel-MATHIEUX-MARIE--Pont-neuf--1280641713  Mathieux_Marie_Le_Pont_Neuf_552_303  71b830efa0e7bddeb977294cef47b88c

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Dominique Landucci (1955 – ) gravure – Artiste coté Akoun

Posté par pearoid le 16 juin 2018

gravure feuillet 38x28 bassin 34x15 numérotée 11 sur 30  détail bas gravure  Belle gravure numérotée et signée dans et hors planche de Dominique Landucci. Gravure datant vraisemblablement de 2001 complétant sûrement la série « les marcheurs » de l’artiste en 2001-2002.

De parents immigrés italiens, la souche familiale est originaire du village toscan de CAPRESE MICHELANGELO, village natal de Michel Ange. Études supérieures à l’Ecole d’Art et d’architecture de LUMINY ( Marseille). Atelier en VENDÉE jusqu’en 1985.

En vitesse, et en vrac : naissance à Nice en 1955 de parents italiens immigrés. Enfance dure peut-être, rude à coup sûr, mais heureuse sans doute. Très vite, il veut prouver, aux autres, donc à lui-même. Se coltine déjà avec la vie. Déménageur. Côtoie Picasso mort, lors de l’inventaire de sa succession. Choc de la peinture. Bocage vendéen : terre inconnue et hostile. L’Ecorserie, le Bois Buzin. Apprentissage, peinture, musique, galères. Années difficiles mais essentielles. Et puis Martine toujours là, présente dans son absence même. Les enfants arrivent : le soleil est entré en hiver comme au fond de la nuit. Alors, tout peut arriver. Il commence à montrer son travail, le succès montre son nez. Reconnaissance. Landucci devient enfant du pays, la Vendée ne veut plus le lâcher. C’est à ce moment là qu’il décide de partir, de repartir ver le Sud, pour éviter d’être statufié. Il s’installe à Carros, le village de son enfance. Depuis, il court, anime, peint, écrit, expose, se fait danseur de claquettes, conteur, monte des projets, s’y investit, dort peu et n’importe où, parcourt le monde et montre ses toiles : Paris, Allemagne, Suisse, Italie, New York, mais aussi la Vendée (toujours). Tourbillon qui donne le vertige, énergie vorace : les séries de toiles se succèdent, fresques, décors de théâtre, performances, musiques, violon, accordéon, livres, albums…Boulimie, démesure, diront certains. En tout cas, une vie pleine à craquer mais qui toujours suit une logique : celle de la passion, du désir incessant de créer, de montrer, de rencontrer.  Philippe Roy (2010)

GF_Statue3_7Collines GF_AuxLeverDuSoleil_7Collin GF_AuxMontagnesSacrees_7Col

 

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Gravure Fox-Hunting

Posté par pearoid le 15 juin 2018

gravure feuillet 32x44.5 - bassin 20.5x30  détail titre  _DSC8287  _DSC8288  Gravure « anglaise » (comme on dit) gravée par Huffmam. (peinture JF Herring).

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Henri Matchavariani (1939 – )

Posté par pearoid le 12 juin 2018

Nous avons récupérer une affiche édité par la Métairie Bruyère (voir nos autres affiches) . Une édition pour un défilé de mode sur une lithographie originale d’henri Matchavariani  dessinateur et peintre de la Mode s’il en est. Bien référencé sur internet.

affiche 45x30 sur 70x43  détail affiche  Pas de date sur cette très belle affiche.

« Henri Matchavariani n’aime pas dire son âge, mais son parcours parle pour lui. Formé aux arts appliqués, il a longtemps été directeur artistique, chez Havas, Publicis, puis en Italie et en Argentine. Au début des années 80, il délaisse cette carrière, qui lui a valu un Clio à New York et un Lion à Cannes, pour se consacrer à l’illustration. Air France, Fiat, le magazine Joyce, le grand magasin Melsa au Japon figurent parmi les clients qui ont utilisé son trait nerveux inspiré par la mode. Installé à Paris, dans un grand atelier blanc proche du bassin de la Villette, ce fils de Géorgien expose régulièrement ses dessins et ses peintures«   -   Selon la Galerie des Feuillantines

« Du bouillonnement fertile de ses origines géorgiennes et roumaines, de la rencontre qu’il fit avec le grand maître du mime, M. Etienne Decroux qui fut aussi le professeur de Marcel Marceau et de Jean-Louis Barrault, de la découverte de l’art de la calligraphie et du cinéma japonais, Henri Matchavariani a suivi la voie du geste qui le mène vers la finalité du trait et du point du grand maître Hokusai, le vieillard fou de dessin  ….  Peintre calligraphe, il revient depuis quelques années à la source de son talent avec une gestuelle d’une extrême simplicité faite d’envolées et de notes inspirées par l’Orient » -  Selon Henri Matchavariani  ( himself !)

D’origine géorgienne par un père émigré en France après l’insurrection nationale de 1924, d’origine roumaine par une mère juive venue de Bessarabie, né à Paris en 1939, locuteur de langue russe, touché dans sa jeunesse par le Canada français, partageant une quinzaine d’années de sa vie entre la France et l’Italie, influencé par l’art japonais, Henri Matchavariani n’en demeure pas moins un artiste français. Il a adopté le dicton italien, « L’arbre croît là où ses racines se sont plantées« .  Il se consacre ensuite à une peinture épurée, d’une extrême simplicité de trait, « se décharger de l’inutile et de ce qui encombre« .  - Selon Stratégies Magazine

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Michel Sementzeff (1933 – ) – Artiste coté Akoun

Posté par pearoid le 12 juin 2018

affiche 64x35 impression 33x33 signature originale - Atelier 80 Paris détail signature     affiche expo  détail  Belle édition des Ateliers 80. L’édition originale signée et l’affiche d’exposition de 1991. L’atelier 80 est spécialisé dans les lithographies « giclées ».

Considéré à juste titre comme l’un des plus grands artistes figuratifs contemporains, chacune de ces toiles est un enchantement. La variété de ses sujets témoignent d’une créativité foisonnante. Qu’il peigne des paysages romantiques, des portraits à l’allure enfantine ou des natures mortes, objets du passés, il subsiste toujours une note rêveuse et poétique à la contemplation de son œuvre. Avec maîtrise, il construit ses toiles, les couleurs sont subtilement posées au couteau, les lumières, saisissantes subliment la nature : c’est ainsi que Michel SEMENTZEFF sait nous faire entrer dans son univers talentueux…
Après des études à l’école Supérieure des Arts Modernes à Paris, il a enseigné le dessin pendant trente cinq ans. Sociétaire du Salon d’Automne, des Artistes Français, Comparaisons, il a exposé entre autres au Salon du dessin et de la peinture à l’eau, à l’école polytechnique, au Salon de la Marine, au Salon Violet…
Sa notoriété s’est imposée solidement sur le marché de l’art figuratif contemporain. Ses oeuvres ont fait l’objet d’acquisitions publiques de plusieurs musées. Il expose aujourd’hui avec succès dans les plus prestigieuses galeries du monde entier.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Centre d’Arts Graphiques – La Métairie Bruyère – Parly

Posté par pearoid le 12 juin 2018

Le centre d’art de la Métairie Bruyère est un haut lieu des métiers de l’imprimerie. Composé de la maison d’édition RLD et de l’association “ Aux 4 vents de l’art ” venez découvrir un lieu unique en Europe, regroupant un ensemble d’ateliers permettant la réalisation d’estampes originales et de livres d’artistes.

   Les artisans d’art et l’équipe de l’association sont heureux de vous accueillir dans leurs ateliers et vous convient à un véritable voyage hors du temps au cœur de l’imprimerie traditionnelle. Vous découvrirez la gravure, la lithographie et la typographie à travers des visites guidées, des cours, des stages et des expositions.

Editions RLD, une histoire de famille :  Pendant plus de cinquante ans, le graveur Robert Dutrou et Lydie son épouse ont relevé un défi : puiser aux meilleures sources tant artistiques que techniques, pour conférer à l’estampe et au livre d’artiste, ses lettres de noblesse, grâce à la confiance des plus grands créateurs et artisans du livre.  Très jeune, chez Lacourière, Robert Dutrou découvre son métier aux côtés de grands noms de la peinture contemporaine : Picasso, Ernst, Hartung, Masson et Joan Miró. Robert et Lydie travaillent ensuite aux ateliers de la fondation Maeght avec Braque, Riopelle, Calder, Ubac et leur ami Miró. En 1973, avec la complicité de son époux et de Joan, Lydie, forte de son savoir-faire, ouvre l’atelier R.L.D. à Paris dans le XIIIème. Les presses de la jeune maison d’édition donnent naissance à de nombreuses estampes et livres rares signés Alechinsky,  Arman, Chillida, Tapiès, Ionesco, Tardieu, Mandiargues, Perec, Saura, Seguí, Miotte, les Lalanne…

Toujours au service de leur passion, ils créent en 1985, dans un corps de ferme typique de la Puisaye, le centre d’art graphique de la Métairie Bruyère. Un vaste ensemble d’ateliers répartis sur huit bâtiments. Ce haut lieu de gravure, de lithographie et de typographie manuelle accueille des artistes et des poètes de renommée internationale.

 Aujourd’hui, alliant tradition et modernité, la maison continue de tirer pour le compte d’artistes, de galeries d’art et d’éditeurs soucieux de la qualité et du respect de l’image, mais poursuit également son travail d’édition d’estampes contemporaines et de livres de bibliophilie avec de nouveaux artistes et poètes tels que, Arroyo, Agosti, Di Rosa, Speedy Graphito, Texier, Villeglé, Jean Daive, Adami, Lascault, Sophie Dutertre, James Sacré, Pierre Collin, Herman Dune, Debeurme, Sabine Finkenauer…

Association “Aux 4 vents de l’art”    -   Art, culture & handicap

    Une journée de 1973, Robert Dutrou graveur imprimeur taille-doucier, travaille à la préparation de plaques de cuivre pour son ami le peintre Joan Miró. Sa nièce non-voyante alors âgée de 10 ans entre dans l’atelier « Tonton tu travailles ? Est-ce que je peux voir ce que tu fais ? ».Robert lui fait toucher le résultat imprimé de la planche gravée par l’artiste, elle s’exclame : « Que c’est beau ! c’est un oiseau ». Cette gravure s’appelle « Le Grand Duc ». Ému, Robert raconte l’anecdote à Miró. Très touché, l’artiste lance : « Il faudrait faire quelque chose pour les aveugles ». L’artisan taille-doucier lui explique qu’avec son épouse Lydie, ils souhaiteraient éditer un livre  de bibliophilie illustré de gravures de ces amis artistes afin de générer des fonds pour  venir en aide aux enfants non-voyants ou handicapés. Miró enthousiaste lui répond :  « Dutrou je serai le premier ! ». Cette même année, le peintre réalise la première gravure du livre « Le plus beau cadeau » accompagné de poèmes d’enfants non-voyants sélectionnés par André Peyre de MandiarguesAlechinskyChillidaMiotteCH PerdersenTapièsSugaï feront aussi don d’une œuvre pour cet ouvrage d’art.

En 1985, Robert et Lydie Dutrou créent le centre d’art graphique de la Métairie Bruyère et en 1994 l’association « Aux Quatre vents de l’art ». Elle a pour objet de favoriser la création artistique, d’aider à son développement, en particulier auprès des jeunes de promouvoir la curiosité et le goût du public pour les arts, participer ou organiser toute action bénévole et non lucrative sous la condition que l’art en soit le moyen d’expression. Cette année là, Murielle Ledoux la nièce de Lydie et Robert, devenue professeur de piano à l’INJA et un de ses amis malvoyants inaugurent la première exposition organisée à la Métairie par l’association en y donnant un concert à quatre mains. Un premier chien guide est parrainé et remis à un jeune non-voyant. D’années en années l’association s’est développée et ses activités se sont diversifiées. Elle accueille des enfants handicapés ou non, des étudiants en art et des adultes pour des stages de gravure et typographie. Organise et participe à de nombreuses manifestations culturelles tout public à l’image du stage « Cirque & Gravure ».

Belle série d’affiches rassemblées de ce centre d’art

affiche 2005 - 55x35 Coralie Nadaud (1978 -)  affiche format 55x38 Illustrateur ?  affiche 1998 format 61x39Pierre Bettencourt (1927 – 2006) Affiche originale publiée à l’occasion de l’exposition Pierre Bettencourt au centre d’art graphique de la Métairie Bruyère en 1998. Tirée sur papier Rivoli sur les presses de l’atelier RLD. Robert et Lydie Dutrou éditeurs 1998. Tirage (à priori) 100 exemplaires.

.affiche 2004 - format 55x35 René Botti (1941 – ) henri Alekan (1909 - 2001)Affiche 50 ans de lumière format 60x40 affiche Henri Alekan (1909 – 2001)

 

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

1234567
 

decorativeeffecttouch |
bonnielewisart |
paulinebeugniot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "l'Ô colorée"
| L'ATELIER DE CREATION
| La nurserie de Néonat