Jörg Hermle ( 1936 – ) Ex collection Chantal Roux

Posté par pearoid le 30 mai 2018

toile format 40 x 40  détail tableau  détails dos titre et date  Belle huile de Jörg Hermle « Il fait beau dehors » de 2004. Artiste bien référencé sur internet et bien documenté sur son site internet. Nous vous recommandons notamment le film tourné sur lui.

Cette oeuvre appartenait à Chantal Roux artiste peintre,  et d’ailleurs, au delà de la technique de peinture, on retrouve une certaine apparentée notamment sur certains personnages.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

F H (signature indéterminée)

Posté par pearoid le 29 mai 2018

sur papier format 38 x30  _DSC8210  magnifique bouquet sur papier. Manifestement début XX° si on en juge par le support. Signature indéchiffrable.

Recherche sur le style en cours.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Y. Bouteillet (à confirmer)

Posté par pearoid le 28 mai 2018

aquarelle papier  format 29 x 19  _DSC8212  Belle aquarelle encadrée (façon années 70) et signée Y. Bouteillet. Pas d’infos pour le moment, recherches en cours.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

JP Jamois

Posté par pearoid le 28 mai 2018

sur toile format 32 x 41  _DSC8214  Toile qui a un peu souffert signée JP Jamois. Pas d’infos pour le moment, recherches en cours

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Emmanuelle Schwab ( – ) Ex collection Chantal Roux

Posté par pearoid le 27 mai 2018

Chantal Roux est décédée en 2017, nous la connaissions et avons quelques oeuvres de cette artiste. Nous avons pu renouer avec son « esprit » lors de la vente de sa collection personnelle qui à vrai dire lui ressemble tellement. Il était important pour nous de pouvoir garder sa mémoire au travers de quelques oeuvres qu’elle affectionnaient.

La maison d’Emmanuelle Schwab en fait partie…Que d’émotions !

Les émotions qui m’animent sont à propos du temps qui passe, de la mémoire, et des âmes de nos villes et de nos maisons.
Je dessine sur d’anciens papiers trouvés dans des maisons en ruines ; et travaille également à partir de matériaux tels bois, tôle rouillée… Emmanuelle Schwab.

Brique et plâtre Ht 22 cm  _DSC8191 _DSC8192  artiste connue et bien référencée.

ci-après quelques autres oeuvres sur internet   93d223cf529933931719d53f1c357b09--old-photographs-le-chat il_340x270.1384475491_t356 schwab

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

K FRANK (1950 – ) Ex collection Chantal Roux

Posté par pearoid le 27 mai 2018

Recontré par hasard lors de la vente alors que nous avions choisi une oeuvre de lui.

sur bois format 34 x 27 daté au dos 2001  détail dos avec une belle dédicace pour nous.

K. FRANK

********************

EMPECHES DE VIE, LES « ERUCTEURS » de K. FRANK

TEXTE DE JEANINE RIVAIS

***** 

 

Ce n’est pas en manière de jeu que le peintre K. Frank a choisi ce pseudonyme. En fait, il s’agit plutôt d’un problème de personnalité : comme il tient beaucoup à ce que soit respectée l’orthographe de son prénom, il l’a précédé d’une lettre et d’un point qui semble donner à cette lettre un caractère autoritaire. Car il ne s’agit pas de n’importe laquelle, mais d’un K identique à celui de la fin du mot ; de sorte que le prénom devenu nom prend des allures de palindrome (alors qu’il n’en est rien) et que cette identité nouvelle permet à K. Frank de « se retrouver » dans les deux sens !

Ce besoin de s’affirmer et de multiplier ses chances de se définir devient moins surprenant quand on considère sa peinture, antithèse absolue de l’image proposée par son physique. Un physique qui présuppose des certitudes ; un visage jovial, convivial, sur un tronc carré, massif, avec ce que la littérature du XIXe siècle définissait comme « un cou de taureau ». Prêt à foncer sur le monde, en somme ?

Et pourtant, qu’en est-il ? Comment concilier ces airs assurés et le « dit » des peintures qu’il dépose sur les cimaises ? Dans quel sombre univers se débat donc en réalité l’artiste pour que les personnages auxquels il tente de donner vie soient ainsi glués aux fonds, en-grillagés, physiquement handicapés ? Sont-ils créations purement imaginaires ? Mais la puissance des désarrois qu’ils expriment va à l’encontre d’une simple démarche esthétique ; et suggère qu’ils sont plutôt les projections sur la toile du moi profond qui se cache sous l’apparence  tellement vivante de l’homme K. Frank ! Et si tel est bien le cas, qu’est-ce qui les empêche de dire leur désir, les émotions qu’ils recherchent, les sentiments qu’ils éprouvent, la quête d’absolu qui les anime ?… Car leurs visages de profil, tendus vers l’avant prouvent que leur attention se porte sur quelque centre d’intérêt (personne ? événement ?) situé à l’extérieur du support. Ces personnages manifestent également leur aptitude à éprouver un pur désir, car ils sont tous sexués sans ambiguïté. Et ils sont dotés de parole, parce que, de leurs bouches, s’échappe un jet puissant, coloré. Et l’artiste n’a-t-il pas, pour le prouver, créé un néologisme en les appelant « des éructeurs »…

Pourtant, il y a quelque chose d’anomal dans le monde de K. Frank ! Ses personnages sont presque toujours en groupe, mais chacun regarde droit devant soi, comme si toute communication, tout échange leur était impossible. Et dans les manifestations de leur désir évoquées plus haut, nul ne se trouve en face d’eux leur permettant de les assouvir. D’ailleurs, leurs seins dressés, ou, s’ils sont masculins, leurs phallus sont lourdement charbonnés, comme niés, cachés. Et puis, comment verraient-ils ces possibles partenaires, puisqu’ils sont privés de regard ; ou, s’ils en ont un, il est complètement oblitéré par un épais bandeau. Ils n’ont pas non plus d’oreilles ; alors, comment entendraient-ils si on leur parlait ? Et comme ils sont réduits à une tête et dans le meilleur des cas à un buste dépourvu de membres, il leur est de toutes façons impossible de prendre quelqu’un dans leurs bras ; voire d’« avancer vers… ». En somme, tout se passe comme si, atteints gravement dans leur entièreté, ces êtres partiels avaient mentalement les mêmes pulsions de vie et d’amour que les êtres « normaux » ; mais que ce qui existe d’eux était empêché de le réaliser ! Que seule leur reste la parole ; mais que crient-ils dans leur solitude ?

Car se pose la question de savoir qui sont les créatures élaborées sur la toile par K. Frank ? Sont-elles simplement les projections fantasmatiques de leur auteur ? Ou les référents de celui-ci, conscients ou non, se trouvent-ils dans une désespérance, évoluant du « Huis-clos » de Sartre à « Fin de parti » de Becket, via Kafka ? Mais, même les lieux de « vie », aussi inhumains fussent-ils, leur sont refusés. Aucune connotation géographique, sociale, temporelle n’existe, susceptible d’apporter la moindre indication. Il s’agit d’une sorte de non-monde, de non-formes sans aucune issue ! Ce magma sans perspective est constitué de lourdes couches de peinture de couleurs indécises, à base d’orangés, d’ocres terreux et de rouilles exacerbées que le peintre superpose épaisseur après épaisseur, qu’il appose longuement à grandes traînées du pinceau surchargé ou au contraire presque sec. Ici, encore humides, elles vont se mêler en flaques informelles, en dégoulinades grises déliquescentes, diluées comme par la pluie ; là, telle couleur va faire vibrer les autres, se mêler à des coulures dures et ternes, inclusions de métaux qui, en délimitant des espaces, renforcent pour le lieu l’impression de cloisonnement et pour ses occupants, celle d’engluement.

Car, dans ces jeux d’ombres et de lumières, apparaissent/disparaissent ces êtres qui tentent désespérément d’affirmer leur existence ; mais ne parviennent qu’à rappeler au visiteur la délitescence de leur esprit accrue au fil de déceptions, d’illusions perdues, d’un mal-être existentiel impossible à conjurer ; au long de leur dérive vers la mort ; au fur et à mesure qu’ils constatent l’impossibilité pour eux de retenir, même un instant, le passage du temps… Aucune violence, pourtant, dans ces œuvres tellement denses. A moins que l’on appelle violence cette introversion absolue, ce sentiment profond d’incomplétude… Tout cela créé non pas, comme il est habituel, par l’expression, mais au contraire par la non-expression, par toute cette humanité suspendue que le spectateur ressent comme un manque (au fond, ne souffre-t-il pas, à l’instar du peintre, de cette absence d’image de lui-même ?)

Alors, désespéré, K. Frank ? Sans doute. Mais luttant tout de même, pied à pied, introduisant de façon récurrente dans cette gangue où sont enlisés ses personnages, une petite vasque contenant peut-être un philtre d’amour ? A moins qu’elle ne soit le symbole de la recherche de SON Graal ? Et parfois, presque réaliste, une échelle : pour s’élever au-dessus du monde qui l’entoure ? Mais ajoutant aussi des rails, des barrières et tous autres symboles d’enfermement qu’il lui faudra bien un jour faire éclater, pour trouver son espace vital, sa personnalité définitive et mature ; devenir enfin ce dont il a l’air : serein, les deux pieds fermement posés sur la terre !

Lyon biennales 2015 089  K. FRANK

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Zam ( – ) Ex collection Chantal Roux

Posté par pearoid le 27 mai 2018

_DSC8185  _DSC8187  _DSC8186  Belle réalisation trés poétique signée Zam 2010. Pas d’information sur internet pour le moment, recherches en cours.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Frankline Thyrard ( ) – Ex collection Chantal Roux

Posté par pearoid le 27 mai 2018

sur papier daté 2002 format 13 x 10 dédicace à Chantal _DSC8195   Un joli clin d’oeil de Frankline Thyrard à Chantal Roux. A consommer avec modération !

Artiste très connue et bien référencée que ce soit sur ces oeuvres ou ses vidéos. Ci-après quelques oeuvres trouvées sur internet.

téléchargement (1) téléchargement (2) téléchargement .

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Manuel Alba (1967 – ) – Ex Collection Chantal Roux

Posté par pearoid le 27 mai 2018

gravure 2007 tirage limité 25 ex - feuillet 17x17 bassin 8x8   _DSC8199  Belle gravure de Manuel Alba habitué des séries de même format.

Expose depuis 1989.

Manuel Alba, artiste franco-espagnol de 38 ans, a pour principe de décliner son travail sur différents supports. Peinture, sculpture, photographie et gravure sont autant de médiums utilisés pour ses recherches picturales. En l’occurence, Man Alba travaille depuis cinq ans sur une série de gravures de petit format (eaux-fortes de 7 x 7 cm), aujourd’hui au nombre de 200.
Quatre thématiques semblent se dégager dans cette suite, qu’il nomme lui-même: les  » historiques « , les » animalière » les  » publiques « , et les  » privées « .

Toutefois, par-delà la diversité supposée des suiets abordés, c’est bien d’un ensemble cohérent dont il s’agit. L’attachement s1ylistique à un certain réalisme où la figure domine, est une premier lien entre toutes ces gravures. Mais, c’est surtout par un esprit commun que sont reliés ces travaux.

La volonté affirmée de porter un regard décalé et humoristique sur le monde, donne à ces billets d’humeur une force où gravité et légèreté se mêlent. Ces gravures sont actuellement le point de départ d’un travail de peintures à l’huile sur bois.

Beaucoup d’infos sur internet et quelques images que l’on vous édite ci-après;

1977081 38653838 carton-2 manu-2 p1160088-resultat p1160118-resultat

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Raymond Quibel (1883 – 1978)

Posté par pearoid le 23 mai 2018

carton toilé format 12 x 22 - titre au dos La Turballe  _DSC8181  détail signature  détail dos  Belle réalisation de Raymond Quibel. Artiste bien référencé sur internet et nombreuses ventes aux enchères.

Voir autres tableaux sur notre blog

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

123
 

decorativeeffecttouch |
bonnielewisart |
paulinebeugniot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "l'Ô colorée"
| L'ATELIER DE CREATION
| La nurserie de Néonat