• Accueil
  • > Archives pour février 2016

Horst-Erik BILLSTEIN dit Hobi (1939 – 1998) – Artiste coté AKOUN

Posté par pearoid le 13 février 2016

Nu de Hobi (litho 26 sur 90)  Bonne pioche pour cette litho signée Hobi et numérotée 26/90. Après recherches, nous vous livrons quelques information sur ce peintre décédé en 1998.

Biographie du Peintre HOBI

HOBI avait refait sa vie avec Éliane, sa jeune compagne, alors ballerine… Orléans était la ville où vivait son ‘Imprésario Jean Carlos LEFEBVRE (qui avait découvert le jeune HOBI en Allemagne alors qu’il n’avait que 17 ans). Orléans est la 1ère ville de France qui a accueilli ce jeune artiste Allemand HOBI.. HOBI et Eliane ont beaucoup voyagé, ils vécurent quelques années à Nîmes avec les deux enfants, David et Olivier puis HOBI et Éliane décidèrent de s’installer à Orléans afin d’ouvrir une Galerie d’Art, et se marier. HOBI n’était pas doué pour les études, et a commencé très tôt à dessiner avec des bouts de charbon de bois, puis avec du fusain. HOBI n’a jamais suivi de cours de peinture, son imagination était fertile, et ses dessins, puis peintures étaient très vivants, très colorés. HOBI était un passionné de l’Art.

Lorsque Jean Carlos Lefebvre, Orléanais et petit fils d’un grand peintre de l’école de Barbizon, rencontra le jeune HOBI âgé seulement de 17 ans à Kôln lors d’un concours, il comprit très vite que le jeune HOBI (Horst-Erik BILLSTEIN), était un futur génie, comme l’a été le jeune musicien MOZART. Il proposa d’inviter ce jeune prodige en France à Orléans, mais HOBI n’obtint pas l’autorisation de ses parents pour venir en France. Ce ne fut que partie remise…

Quelques années plus tard, HOBI découvrit Orléans, Paris… Jean Carlos Lefebvre avait mis à sa disposition un atelier, un chevalet, des pinceaux, des tubes de peinture… HOBI peignait sans relâche, sa peinture plaisait…

Puis Jean Carlos Lefebvre, Imprésario d’HOBI, inscrivit ce génie à la célèbre Galerie Bernheim, rue Matignon dans le 8ème arrondissement de Paris. Toutes les toiles furent vendues à moins de 2 semaines, ce fut un immense succès, HOBI devenait riche, célèbre et adulé, il acheta avec son premier argent une Mercedes flambant neuve, et ce bel allemand blond aux magnifiques yeux bleus faisaient tourner la tête de toutes les belles parisiennes qu’il rencontrait dans les somptueuses soirées de la capitale. Jean Carlos Lefebvre a été le pygmalion d’HOBI.

Puis HOBI multipliait les expositions, il travaillait d’arrache pied, la peinture était son havre de paix, il ne pouvait plus s’en passer. HOBI a travaillé aussi à l’atelier du sculpteur Paul Belmondo, papa de l’acteur Jean Paul Belmondo. HOBI reçut de nombreux prix et distinctions, grand prix du mérite culturel… Grand prix de la ville de Paris, médaille d’Or remise par la très jolie Brigitte Bardot, puis Léonard d’Or après le bronze, médaille remise par la danseuse étoile Ludmilla Tchérina, décédée récemment et inhumée au cimetière de Montmartre à Paris.

Puis HOBI s’installa dans le midi de la France, il tomba sous le charme des champs de lavande, de blé, et des coquelicots. HOBI se mit à peindre la Provence. HOBI savait tout peindre, des étangs, du gibier, envol de canards aux paysages champêtres, portraits, arlequinades…

Hélas, HOBI est décédé à Orléans le 24 Septembre 1998, dans sa nouvelle résidence, laissant seule, Eliane et les enfants…

La vie du Peintre HOBI a été retracée brièvement à partir de quelques photos de sa biographie.

Vous découvrirez HOBI (Horst-Erik), aux côtés de Brigitte Bardot (qui lui a remis la médaille d’Or de la ville de Paris), puis de Ludmila Tchérina (Danseuse Etoile qui lui a remis le Léonard d’Or, grand prix Italien, (Ludmila Tchérina est décédée récemment et a été inhumée au cimetière de Montmartre à Paris). HOBI au Château de Maupas (18) où le Marquis et la Marquise Antoine et Colette de Maupas, ainsi que leur jeune fils Henri de Maupas, ont à leurs côtés, lors d’un dîner, Eliane (HOBI ayant joué au photographe). Puis HOBI a exposé à Vernou en Sologne à l’Orangerie de Monsieur Hubert Louis VUITTON et son épouse, où étaient présents Monsieur et Madame Jean Paul KAUFFMANN (ex reporter de France 2 ayant été détenu au Liban 1074 jours aux côtés de Michel Seurat, et M. FONTAINE) ; ainsi que d’autres personnalités invitées par M et Mme VUITTON lors du vernissage.

HOBI a peint d’innombrables fois sa compagne Eliane, en Arlequin, en portrait, en nu romantique, également dans des paysages champêtres, en fêtes vénitiennes, Eliane était son égérie, sa muse, sa passion…

La dernière exposition solognote a eu lieu au Château de Lassay sur Croisne à Mur de Sologne, une photo représente HOBI lors du vernissage autour de ses invités.

La dépouille d’HOBI va être transférer au grand cimetière du Père Lachaise à PARIS, où se trouvent déjà ses « aïeuls » :

litho exemple 1  litho exemple 2  peinture exemple 3

Voir autres HOBI sur le blog

Publié dans illustration | 5 Commentaires »

Roger Comte (1913 – 2006) – Artiste coté AKOUN

Posté par pearoid le 11 février 2016

_DSC4610  _DSC4613  Deux peintures sur bois pour quelques roupies. Né en 1913 et décédé en 2006, cet artiste est connu et reconnu. Bonne pioche de temps en temps entre autres. Ci-après les indications trouvées sur internet.

Roger Comte, un prince en espadrilles

L’expression est de Jean Cocteau, qui a côtoyé Roger Comte pendant ses années parisiennes. C’est le titre choisi par Annie Marandin pour le beau livre qu’elle publie aux Editions Sékoya, en hommage à cette personnalité extravagante bien connue des Francs-Comtois.

Roger Comte, né à Belfort en 1913, décédé en 2006 à Hérimoncourt, est un artiste peintre régional, qui a mené une vie de bohême hors normes. Enfance choyée et petits métiers entre Belfort et Montbéliard, découverte de la peinture et passage à  Paris, entre misère et exploitation, il a côtoyé les grands artistes de l’époque, qui ont salué son talent original, inclassable. De retour en région, il a décidé de vivre de son art. Entre deux expositions, il écumait le Doubs et le Territoire de Belfort, vendant ses tableaux au porte-à-porte pour gagner sa vie. Tableaux qu’il exécutait rapidement, savait vendre avec un bagout exceptionnel, et convertissait aussitôt. Une croûte vendue, et il achetait de la peinture ou … cassait la croûte !

L’homme était sympathique, à l’aise partout, et vraiment hors du commun. Poète gouailleur ou mystique, la tête dans les étoiles, sans le sou mais follement généreux, vivant en grand seigneur dans des taudis, il ne se déplaçait qu’à cheval ou en taxi. Il se moquait du qu’en dira-t-on, des catégories,  adorait le cirque, la fête, la compagnie d’amis. Un saltimbanque qui faisait rêver ceux qui avaient gardé un cœur d’enfant. Le sien était dévoué à sa muse, Cécile.

C’est dans sa maison d’Hérimoncourt qu’il a fini ses jours, après avoir ouvert un petit musée, où on peut encore aujourd’hui admirer toute la diversité de son talent. Les bénévoles qui font vivre son œuvre et sa mémoire, partagent de multiples anecdotes avec des visiteurs, qui souvent l’ont connu et … méconnu.

Le livre, richement illustré par les toiles de Roger Comte, réunit de nombreux témoignages, photos et courriers. De quoi faire apprécier l’homme, la qualité de sa peinture, mais aussi celle de son écriture. Qu’Annie Marandin a tissée admirablement avec sa propre plume, celle d’une conteuse qui sait ouvrir les portes du merveilleux.

Musée Roger Comte

Le Musée Roger Comte, au 2 rue des Prés à Hérimoncourt, n’est pas un musée comme les autres, puisqu’il s’agit de la maison où le peintre et son épouse, Cécile, sont venus habiter au début des années 50.

Il est la concrétisation d’un rêve fou de ce couple d’artistes excentriques : transformer une demeure en un petit musée pompeusement nommé « Trianon ».Décédé en 2006, le peintre a tout légué (une centaine de tableaux et des meubles) à la ville d’Hérimoncourt, à condition de perpétuer le lieu en l’état  (depuis 1993, la commune d’Hérimoncourt était propriétaire de la maison qu’elle avait achetée  aux héritiers de Cécile décédée en 1987).

Une convention lie une association « Les Amis du musée Roger Comte », et la ville, pour entretenir et faire connaître ce musée et l’œuvre du peintre.

Enregistrer

Publié dans illustration | 1 Commentaire »

LP (à rechercher)

Posté par pearoid le 11 février 2016

_DSC4593  _DSC4594   petite croûte qu’on ne pouvait pas laisser passer.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Reig (à confirmer)

Posté par pearoid le 11 février 2016

_DSC4605   Un petit tableau de Reig….Pour le moment, illustre inconnu.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Jean H. Four…… (à rechercher)

Posté par pearoid le 11 février 2016

_DSC4568  _DSC4569  Aquarelle ou gouache d’un certain Jean H fourmit (ou quelque chose d’approchant)…Belle réalisation sur papier….Bien entendu nous effectuons les recherches pour retrouver « vie » de ce Jean H. F…..

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Signé MG 78

Posté par pearoid le 11 février 2016

bouquet gentiane MG 78  Bouquet de gentianes sur bois signé MG datant de 1978. Belle croûte pour notre collection « de croûtes »…on en saura jamais plus

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Essai Gravure

Posté par pearoid le 11 février 2016

Gravure (essai) poule  Un essai pour cette gravure…. une ferme quelque part avec une poule…belle gravure dont on ne saura jamais le créateur.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Simone martin

Posté par pearoid le 11 février 2016

_DSC4570  _DSC4572  _DSC4571  Deux superbes toiles de Simone Martin, artiste rhonalpine…un soupçon de Matisse pour une des toiles…bref quelques Roupies pour ces deux toiles adorables…. Pas de résultats pour le moment de cette Simone Martin (il existe une Simonne (avec 2 n) Martin mais ce n’est pas elle)… Bref on cherche ! elle semble cependant avoir eu un premier prix de peinture en Mars 2014 sur une expo collective à meysieu (meyzieu?)..voilà pour le moment.

Publié dans illustration | 2 Commentaires »

Bouquet de fleurs style suédois

Posté par pearoid le 11 février 2016

bouquet style suédois  Bouquet sur isorel made in sweden…..l’isorel quoiqu’à bien y regarder ce bouquet se rapproche du style nordique…n’y voit-on pas du Marimekko ou tout du moins une certaine ressemblance. Nous on aime, il ira bien dans notre collection.

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

Ki ! qui est-il ?

Posté par pearoid le 11 février 2016

_DSC4609  toile de Ki, sans date ni autres renseignements…mais qui est Ki ? Etranges personnages peut être Touaregs ! Avoir un Ki c’est un peu comme avoir un Oyo  voire un JiBé ou un NG..(voir plus loin) . Osons les TOUS ! Oh rage ! oh désespoir !

Publié dans illustration | Pas de Commentaire »

1234
 

decorativeeffecttouch |
bonnielewisart |
paulinebeugniot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | "l'Ô colorée"
| L'ATELIER DE CREATION
| La nurserie de Néonat